Les Fideles Compagnons

Compagnie Médiévale
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ACTIVITÉ MINIÈRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Esclarmonde
Roi
Roi


Nombre de messages : 3020
Age : 49
Localisation : Menton
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: ACTIVITÉ MINIÈRE   Mer 20 Fév - 21:05

Mines du Fournel

L'exploitation médiévale

Comme bien souvent, la tradition locale, les érudits du XIXe siècle et les premiers chercheurs, impressionnés par l'ampleur des travaux anciens, ont attribué aux Romains la découverte et la mise en exploitation de la mine, «connue depuis un temps immémorial» [Scipion Gras, Ingénieur des Mines,1836].
Mais les recherches archéologiques ont permis de démystifier l’exploitation de la mine par les Romains. Les datations au carbone 14 indiquent en effet une activité étalée entre le Xe et le XIVe siècles, confirmée par plusieurs textes médiévaux qui indiquent clairement une exploitation minière aux XIIe et XIIIe siècles dans le Fournel.
Les Archevêques d’Embrun avaient, semble-t-il, des droits sur les mines avant le Dauphin - XIe siècle - grâce à la générosité des Comtes de Forcalquier qui leur avaient fait don d’une partie de la terre des Orres, incluant regalia dignes de leur rang social, notamment le droit de frapper monnaie ou d’extraire le minerai où bon leur semble.
Le bénéfice des mines donna lieu à plusieurs querelles entre le chapitre de chanoines, les Archevêques d’Embrun, qui firent appel à plusieurs papes, et, le Dauphin. En 1155, l'empereur Frédéric Barberousse, en délicatesse avec la papauté, trancha en faveur du Dauphin lui accordant la concession des mines - le Dauphiné était alors terre d'empire.
Afin de surveiller l'accès aux mines, un château est érigé sur le piton rocheux d'Urgon, à l'entrée des gorges, autour duquel s'établit le premier village de l'Argentière, dit 'Ville'. La concession au Dauphin est confirmée par Frédéric II en 1238 et le château d'Urgon passe alors aux mains de fidèles du Dauphin, les Auruces, dont le blason constitue encore aujourd'hui les armoiries de la commune.

Il n'y a malheureusement pas de donnée économique, sociale et technique sur l'exploitation des mines au Moyen Âge ; seulement quelques textes lacunaires sur la concession de droits de l’empereur Frédéric Barberousse au Dauphin en 1155, renouvelée sous l’empereur Frédéric II en 1238.
Depuis au moins le XIe siècle, dans les Alpes du Sud, l’exploitation des mines fonctionnait sous la forme de concessions accordées par le seigneur - laïc ou ecclésiastique - à des entrepreneurs plus ou moins enrichis qui devaient gérer eux-mêmes le bon avancement des travaux.
Le boom de l’exploitation est probablement situé aux abords du XIIe, puis au XIIIe siècle. Ce pic d’activité est perçu à travers les sources manuscrites d’Italie du Nord. À l'échelle européenne, la production est marginale. À l'échelle des Alpes Occidentales, qui sont peu riches en gîtes métallifères, le Fournel se situe dans le peloton de tête des mines d’argent, mais reste en retrait par rapport aux mines des vieux massifs français, Massif Central notamment.
Par comparaison avec la production du XIXe siècle, on peut donner une estimation de 5 à 15 tonnes d’argent extraites au Moyen Âge. Mais ce chiffre va être re-estimé sur la base des fouilles en cours. Sur les 20 kilomètres de galeries actuellement connues, 2 correspondent à l'exploitation médiévale.

L'extrême dureté de la roche obligea les mineurs à recourir à la technique de la taille au feu. Mais celle-ci implique une forte consommation de bois et aussi une bonne aération de la mine. On reconnaît dans les Vieux Travaux, un réseau de galeries supérieures noircies par la suie et qui se développe au-dessus du plan du filon, procurant de l'air aux différents chantiers et communicant avec l'extérieur par un puits d'aération.
Les ouvrages médiévaux sont connus sur une assez grande superficie. Les galeries creusées en zone stérile sont de faible section - moins de 1 m de hauteur - et leur cheminement est parfois tortueux. La partie riche du filon a été presque complètement excavée : de rares piliers soutiennent le toit de l'exploitation et les chantiers sont pour la plupart remblayés. De ce fait, leur exploration implique une progression en rampant entre les remblais anguleux et le plafond rocheux souvent concrétionné.
Mais cet état actuel résulte d'un abandon progressif de la mine. Un examen attentif met en évidence l'existence de zones de circulation plus spacieuses où des traces de traînage sont visibles - transport par traîneaux. À la base des chantiers apparaissent des galeries creusées dans le but manifeste de drainer les eaux d'infiltrations. Les fouilles archéologiques ont permis de vider les remblais qui masquaient les travaux anciens. Elles ont mis à jour des équipements en bois et de ont donné une vision plus précise de l'architecture des chantiers. Par contre, les ateliers de minéralurgie n'ont pas été retrouvés.
Ainsi de prime abord, on pensait avoir affaire à une exploitation menée de façon non rationnelle et dans des conditions de travail effroyables. Certes, l'évacuation des matériaux devaient y être assez pénible - le transport par wagonnet de bois n'apparaît qu'au XVe siècle dans les mines. Cependant les relevés topographiques font apparaître une organisation de l'espace souterrain : les mineurs ont creusé sur les failles qui rejettent le filon, un réseau de galeries de recherche et d'accès aux chantiers. Des ouvrages d'assistance, galeries et puits, ont permis de maîtriser les problèmes de transport, d'aérage et d'écoulement des eaux. La totalité des affleurements de filons ont été découverts et leurs exploitations ont pu s'étendre jusqu'à 150 m du jour.
De même, la gestion du bois était pensée de façon logique et organisée. On pourrait même parler d’une anticipation des besoins sur la longue durée. Les mineurs allaient chercher leur combustible en altitude car il est plus aisé de débarder du haut vers le bas des versants et fonctionnaient peut-être sous forme de cycles d’abattage de 25 à 50 ans. Ensuite, il existait toute une chaîne opératoire du combustible de la coupe sur pied au stockage jusqu’à la préparation du combustible avant d’échafauder le bûcher. Les décapages et la fouille de surface à l'entrée des sites d'extraction ont mis en lumière des aires de coupe et de stockage du bois à proximité directe des carreaux miniers. La présence de pourritures - champignons microscopiques - dans les fibres ligneuses met en évidence un temps de stockage assez long après la coupe et le débardage en forêt.
On voit encore dans la pente bien au-dessus de la route, vers le hameau de l'Eychaillon, des débris et déchets d'exploitation. Il s'agit pour l'essentiel de travaux médiévaux - avec paradoxalement une galerie appelée galerie des Romains ! Les plus anciens remontent peut être au VIIIe siècle, avec des reprises au XVIIe, XVIIIe, une exploitation plus soutenue fin XIXe et des recherches ou tentatives début XXe.
En fait, il semble bien que tout le versant a été exploité au cours du Moyen Âge à partir de chaque affleurement repéré en surface - les anciens étaient très observateurs. Dès que le filon n’était plus exploitable à ciel ouvert, les mineurs creusaient des galeries souterraines, plutôt horizontales que verticales, facilitée en cela par l'escarpement des lieux, en organisant les travaux pour l’extraction, l’aération, le drainage. Les traces visibles sur les versants correspondent pour l’essentiel à des débris et des déchets d’exploitation.
Mais il reste encore des secteurs à découvrir ; à l’automne 2005, 50 m de réseau inédit en cours de datation ont été mis à jour, sans trace d’exploitation à la poudre.

_________________
Dame Esclarmonde

"Le sage ne dit pas ce qu'il sait, le sot ne sait pas ce qu'il dit."




Dernière édition par Esclarmonde le Mer 20 Fév - 21:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.meschersancetres.com
Esclarmonde
Roi
Roi


Nombre de messages : 3020
Age : 49
Localisation : Menton
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: ACTIVITÉ MINIÈRE   Mer 20 Fév - 21:18

L'abattage au feu


Les quartzites du Fournel qui renferment le minerai de plomb argentifère sont parmi les roches les plus dures. Il est vain de vouloir les tailler avec un pic ou une pointerolle, même très affûtés. Le recours à la technique de taille au feu a été incontournable. Elle consiste à établir au pied du front de taille, un bûcher dont la combustion va provoquer une montée rapide en température de la roche, et, sa fissuration vers 600°C ; un phénomène appelé l'étonnement. Cette technique fut utilisée dans le monde entier depuis la nuit des temps. Grande consommatrice de bois, elle fut progressivement abandonnée suite aux conséquences de la déforestation et remplacée par l'abattage à l'explosif. Cependant, elle fut pratiquée jusqu'en 1890 dans les pays nordiques. On en connaît donc les grandes lignes grâce aux anciens traités d'exploitation.

Cette technique fut employée durant la phase d'exploitation médiévale des mines du Fournel. Les excavations caractéristiques, la suie qui recouvre nombre de parois, les traces de charbons de bois et les puits d'aération l'attestent largement. Jusqu'au nom de Fournel qui pourrait évoquer les 'fours' dont la fumée sortait dans les gorges.

Les charbons de bois retrouvés dans les anciens travaux du Fournel indiquent que les mineurs brûlaient principalement du mélèze et dans une moindre mesure du pin sylvestre, mais pas de sapin. Ce qui exclut l'hypothèse parfois avancer qui attribue à la mine la disparition du sapin dans le vallon, ce qui est d'ailleurs erroné. Les feuillus apparaissent très exceptionnellement même pour les périodes les plus anciennes - Xe-XIIe siècles. Ils ne sont pas exploités pour l’abattage par le feu car probablement pas ou peu disponibles dans le territoire d’approvisionnement en bois des mineurs. Ces bois pouvaient aussi être réservés pour d’autres activités moins consommatrices - feu domestique. Il ne faut pas oublier que nous sommes dans un contexte de consommation industrielle du combustible même pour le Moyen Âge. Les mineurs s’adaptent donc à leurs ressources et vont puiser leur combustible là où il se trouve en abondance.

Les scientifiques du service culturel municipal de l'Argentière-la-Bessée - CCSTI essaient de retrouver les techniques d'antan pour mieux comprendre le mode d'exploitation des mines à l'époque médiévale et la maîtrise du savoir brûler qui était celle des mineurs moyenâgeux.
Différents types de bûchers ont été expérimentés, afin d'évaluer leur influence sur l'attaque de la roche.
130 expérimentations ont déjà été réalisées permettant d'obtenir une cavité de l'ordre du m3. Dans le meilleur des cas, l'avancée pour un feu est de l'ordre de 2 cm. Pour percer cette galerie de petit gabarit, des bûches de 20 à 35 kg de bois bien sec ont été utilisées.
L'hiver apparaît la saison la meilleure pour le tirage à causes des forts écarts thermiques entre l'intérieur et l'extérieur - la température dans la mine est inférieure à 5°C alors qu'elle peut plonger dans le même temps sous les -20°C à l'extérieur.
La température est enregistrée en continu en divers points du foyer, notamment au contact de la roche. Elle est aussi mesurée devant le foyer et en deux points distants. Le suivi de l'hygrométrie complète les mesures physiques.

Les produits anthracologiques de l'abattage au feu sont aussi récupérés et systématiquement analysés : quantification et pesée des restes, part des différentes fractions résiduelles - esquilles, ... , examen des traces laissées par le feu - état du charbon, vitrification, ... [Étude effectuée par Vanessa Py].
Ces reconstitutions des techniques ancestrales permettent, d'une part, d'évaluer le rôle combiné des différents facteurs - température d'abattage, hygrométrie du bois, adjuvants éventuels, ... - et leur impact respectif sur l'abattage, et, d'autre part, de retrouver le ou (les) tour(s) de main - technique de refente des rondins et d'édification du bûcher, utilisation ou pas de fagots de feuillus, ... des mineurs médiévaux. Cette connaissance acquise permettra d'aider à interpréter des indices archéologiques souvent ténus et ingrats, et, de caractériser les stigmates laissées par le feu sur les charbons.

_________________
Dame Esclarmonde

"Le sage ne dit pas ce qu'il sait, le sot ne sait pas ce qu'il dit."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.meschersancetres.com
Armanieu
Prince
Prince


Nombre de messages : 834
Age : 58
Localisation : Cagnes sur mer
Date d'inscription : 09/08/2008

MessageSujet: les mines du fournel   Sam 27 Déc - 15:41

je les ais visité il y a quelque années je pense qu'il devait y avoir aussi du cuivre puisque que j'ai récuperé de l'azurite dans une des galeries.
par contre plus tard quand non a commencer l'exploitation a la poudre il etait obligé de bourrer les trous avec morceau de bois pour éviter les étincelle du a la dureté de la roche et la plupat des mineur du XIX siècle etaits des paysans piémontés qui venait travailler durant l'hiver
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esclarmonde
Roi
Roi


Nombre de messages : 3020
Age : 49
Localisation : Menton
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: ACTIVITÉ MINIÈRE   Sam 27 Déc - 18:01

Merci pour ces indications fort intéressantes.

_________________
Dame Esclarmonde

"Le sage ne dit pas ce qu'il sait, le sot ne sait pas ce qu'il dit."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.meschersancetres.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ACTIVITÉ MINIÈRE   

Revenir en haut Aller en bas
 
ACTIVITÉ MINIÈRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Activité minière
» Activité médiatique et rumeur de divulgation
» Un hobby, une activité
» hyper-activité des enfants et alimentation...
» Activités gymniques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Fideles Compagnons :: Gentes Dames, Damoiselles et Messires :: Un peu d'histoire :: Autres thèmes-
Sauter vers: