Les Fideles Compagnons

Compagnie Médiévale
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 les mollossoides au moyen-age

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Armanieu
Prince
Prince


Nombre de messages : 834
Age : 58
Localisation : Cagnes sur mer
Date d'inscription : 09/08/2008

MessageSujet: les mollossoides au moyen-age   Dim 14 Fév - 18:33

voici mon premier article sur les molosses au moyen-age


HISTORIQUE
Le type du Broholmer est connu depuis le Moyen-Age; à cette époque, ce chien était utilisé pour courir le cerf. Plus tard, il servit principalement de chien de garde pour de grands domaines et des manoirs. Vers la fin du 18ème siècle, ces chiens furent élevés en race pure, et leur nombre augmenta grâce au comte de Sehested de Broholm, dont le nom fut donné à la race. Après la seconde guerre mondiale, la race était presque éteinte, mais vers 1975, un groupe d'amateurs dévoués, organisé plus tard sous le nom de "Société pour la reconstruction du Broholmer", association soutenue par le Kennel Club danois, se mit au travail pour faire revivre la race.

CARACTERE
Calme, d'un caractère équilibré, amical, mais vigilant. Il doit être très sûr de lui.

DIVERS
Certains sujets peuvent se montrer agressifs avec les étrangers. Une éducation ferme est conseillée pour pallier cette éventualité. C'est un chien qui a besoin d'espace et d'exercice. Son poil ne nécessite qu'un entretien hebdomadaire.
Durée moyenne de vie : 12 ans.

ASPECT GENERAL :
Chien de grande taille, de type dogue, inscriptible dans un rectangle et construit en force; ses allures sont régulières et énergiques. Son aspect extérieur est dominé par son avant-main puissant. La tête est massive et large; le cou est fort et présente un peu de peau lâche; la poitrine est large et bien descendue. Au repos, la tête est portée assez bas, inclinée vers le sol, et la queue est tombante en forme de sabre. Quand le chien est en action, la queue est portée plus haut, mais pas sur le dos.
Si le chien est attentif ou excité, la tête est portée plus haut et la queue se relève au-dessus de l'horizontale..
PROPORTION IMPORTANTE : Le crâne et le museau sont de longueur égale.

COMPORTEMENT / CARACTERE :
Calme, d'un caractère équilibré, amical, mais vigilant. Il doit être très sûr de lui.

TETE :
Assez grosse et large, donnant une impression de lourdeur.
REGION CRANIENNE :
- Crâne : Large et assez plat. L'axe supérieur du crâne est parallèle, mais se situe un peu plus haut que celui du chanfrein.
- Stop : Pas trop marqué.
REGION FACIALE :
- Truffe : Grosse et noire.
- Museau : Massif, paraît assez court à cause de la lourde tête. Les mâchoires sont de longueur égale.
- Lèvres : Pendantes, mais sans excès.
- Mâchoires/dents : Mâchoires fortes avec une musculature bien développée. Articulé en ciseaux ou en pince.
- Yeux : Ronds, pas trop grands; leur couleur va d'ambre clair à foncé. Ils expriment une grande assurance.
- Oreilles : De grandeur moyenne, attachées assez haut, elles tombent contre les joues.

COU :
Très puissant et musclé, avec un peu de fanon, mais sans exagération.

CORPS :
- Ligne du dessus : Droite.
- Garrot : Fort et bien marqué.
- Dos : Assez long.
- Croupe : De longueur moyenne, légèrement inclinée.
- Poitrine : Puissante et bien descendue, avec un poitrail bien développé.

QUEUE :
Attachée assez bas, elle est large à sa naissance. Elle est portée tombante sans franges ni panache. Quand le chien est en action, la queue se relève jusqu'à l'hrorizontale, de préférence pas plus haut. Elle ne doit jamais être portée sur le dos ou enroulée.

MEMBRES :
MEMBRES ANTERIEURS :
Les antérieurs sont forts, droits et puissants avec des bras musclés. La longueur des membres et leur angulation permet un mouvement dégagé de bonne amplitude au pas et au trot.
- Bras : Très musclé.
- Coudes : Ils se meuvent près du corps.
- Avant-bras : Droit et puissant.
- Métacarpe : Pas trop long.
- Pieds antérieurs : Ronds et serrés.
MEMBRES POSTERIEURS :
Les postérieurs, puissants et musclés, présentent une angulation qui permet une forte poussée. Vus de derrière, les postérieurs sont droits et parallèles.
- Cuisse : Forte et musclée.
- Métatarse : Pas trop long.
- Pieds postérieurs : Serrés, comme les antérieurs.

ALLURES :
Régulières, la tête baissée. Les allures naturelles sont le pas et le trot.

PEAU :
Bien pigmentée et épaisse; en général ample, surtout au cou.

ROBE :
POIL : Court et bien couché, avec un sous-poil épais.
COULEUR : Fauve avec masque noir; rouge doré; noire. Les marques blanches sur le poitrail, aux pieds et à l'extrémité de la queue sont facultatives.

TAILLE ET POIDS :
- Mâles : hauteur au garrot : environ 75 cm, poids 50-70 kg,
- femelles : hauteur au garrot : environ 70 cm, poids 40-60 kg.



peut-être un futur membre d'ici 1 ou 2 ans Drapeau blanc

Historique : Le Mâtin napolitain est un descendant du grand molosse romain décrit par Columelle au 1er siècle après J.-C. dans son livre “de re rustica”. Répandu dans toute l’Europe par les légions de Rome, avec lesquelles il a combattu, il est à l’or igine de nombreuses races de mâtins dans les autres pays européens. Ayant survécu pendant de longs siècles dans les campagnes au pied du Vésuve et en général dans la région de Naples, il a été re-sélectionné depuis 1947 grâce à la ténacité et au dévouement d’un groupe de cynophiles.

Aspect général : Chien lourd, massif et trapu de grand format, dont la longueur du tronc dépasse la hauteur au garrot.

Proportions importantes : La longueur du tronc dépasse de 10% la hauteur au garrot. La longueur de la tête est égale au 3/10 de la hauteur au garrot. Le rapport crâne-museau est de 2 à 1.

Comportement / Caractère : D’un caractère ferme et loyal, pas agressif ou mordant sans raison, protecteur de la propriété et de ses habitants, il est toujours vigilant, intelligent, noble et majestueux.

Tête : Courte et massive, avec un crâne large au niveau des arcades zygomatiques ; sa longueur atteint environ les 3/10e de la hauteur au garrot. Peau ample avec rides et plis, dont le plus typique et le mieux marqué part de l’angle palpébral externe pour descendre jusqu’à l’angle labial. Les axes longitudinaux supérieurs du crâne et du museau sont parallèles.

# Région Crânienne : Le crâne est large, plat, en particulier entre les oreilles, et, vu de face, légèrement convexe dans sa partie antérieure. La largeur bi-zygomatique dépasse la moitié de la longueur de la tête. Les arcades zygomatiques sont très proéminentes, mais avec des muscles plats. Les saillies des os frontaux sont très développées ; le sillon frontal est marqué ; l’apophyse occipitale est à peine indiquée. Stop : Bien marqué.

Région Faciale :
# Truffe : Placée dans le prolongement du chanfrein, elle ne doit pas déborder sur la ligne verticale antérieure des lèvres ; elle doit être volumineuse avec de grandes nar ines bien ouvertes. Sa couleur est en rapport avec celle de la robe noire chez les sujets noirs, gris-brun foncé chez les chiens d’autre couleur, et marron chez les robes brunes.
# Museau : Il est très large et haut ; sa longueur correspond à celle du chanfrein et doit être égale au tiers de la longueur de la tête. Les faces latérales sont parallèles entre elles, de sorte que, de face, le museau a une forme pratiquement carrée.
# Lèvres : Charnues, épaisses et amples, les lèvres supérieures, vues de face, forment à leur point de rencontre un “V” renversé. Le bord inférieur latéral du museau est formé par les lèvres supérieures; leur partie la plus basse est la commissure labiale, avec des muqueuses visibles situées à la verticale de l’angle externe de l’oeil. Mâchoires : Puissantes, avec des os de la mâchoire bien robustes et des arcades dentaires qui s’adaptent parfaitement. La mandibule doit être bien développée en largeur. Dents blanches, régulièrement développées, bien alignées et en nombre complet. Articulé en ciseaux, c’est-à-dire que les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit et sont implantées à l’aplomb des mâchoires, ou articulé en pinces, c’est-à-dire que les incisives supérieures sont en contact bout à bout par leur bord libre avec les incisives inférieures.
# Yeux : Situés sur un même plan frontal, ils sont bien écartés l’un de l’autre ; l’ouverture palpébrale est presque ronde ; le globe oculaire est légèrement enfoncé. Par rapport à la couleur de la robe, la couleur de l’iris est plus foncée. L’oeil peut cependant être plus clair avec les robes de teinte diluée.
# Oreilles : Petites par rapport au format du chien et de forme triangulaire, elles sont plates, accolées aux joues et attachées audessus de l’arcade zygomatique. Quand elles sont coupées, elles ont la forme d’un triangle presque équilatéral.

Taille et poids :
# Hauteur au garrot : mâles : 65 - 75 cm
femelles : 60 - 68 cm
On admet une tolérance de 2 cm en plus ou en moins.

# Poids : Mâles: 60 - 70 kg
Femelles : 50 - 60 kg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armanieu
Prince
Prince


Nombre de messages : 834
Age : 58
Localisation : Cagnes sur mer
Date d'inscription : 09/08/2008

MessageSujet: les mollossoides au moyen-age   Dim 14 Fév - 22:44

Le Cane Corso:


Couleur: Noir, gris, fauve clair ou fauve foncé
Poil: trés court
Taille: 64 à 68 cm pour les mâles et 60 à 64 cm pour les femelles
Poids: 50kg pour les males et 40 kg pour les femelles
Origine: Italie

HISTOIRE du Cane Corso:

Le cane corso est l'ancien molosse des légions romaines. Chiens d’attaque des légions romaines, protecteurs des percepteurs d’impôts et de prostituées par la suite, chasseur de gros gibiers (comme le sanglier), gardien de ferme et de bétail (bovins, porcins…), chiens de police (recherche, protection), le cane corso est passé par tous les stades ou il pouvait démontrer son capacités et elles sont nombreuses.


Dogue Allemand


Type : Molossoïdes
Lieu d’origine : Allemagne
Taille : grande
Hauteur ( au garrot ) : 80 cm pour les males et 72 cm pour les femelles
Poids : 60 kg

et Apollo.n de la gent canine ne passe pas inaperçu par sa haute stature et son allure empreinte de noblesse qui l'ont fait qualifier de "gentleman" par les Anglais.

Ses origines remontent au Dogue du Tibet et il est la synthèse de plusieurs molossôides. que ce soit l'Alan du Moyen Âge importé en Europe par les envahisseurs Allains ou les grands chiens de combat de la Rome antique. Pour lui donner sa silhouette élégante, il fut croisé avec le Lévrier d'où son encolure dégagée, ses grandes pattes et son ventre bien relevé. Il a gardé pendant longtemps le nom impropre de "Grand Danois", même encore à l'heure actuelle auprès du grand public et dans certains standards étrangers, une appellation qu'il doit en fait à la couleur de sa robe "danoisée".

D'abord utilisé comme chien de chasse à courre derrière le grand gibier, il est devenu chien de boucher et chien de garde avant de se transformer en un majestueux animal de compagnie au caractère très équilibré. C'est vers 1880 que les caractéristiques de la race seront reconnues et fixées, mais il porte encore différents noms selon la couleur de sa robe Dogue d'Ulm, Dogue du Wurtemberg, Dogue de Stuttgart ...

La dénomination de Dogue Allemand "Deutsche Dogge" n'intervenant qu'en 1880, lors de l'exposition de Berlin. Avec sa taille de 80 cm environ au garrot et sa masse musculaire, le Dogue Allemand ne peut pas être le chien de tout le monde, non pas qu'il soit difficile à éduquer mais plutôt parce que son encombrement nécessite d'avoir beaucoup de place, que ce soit pour le transporter ou pour qu'il s'ébatte dans le jardin.

La race est présente en France depuis 1923 avec la création du Doggen Club de France, elle a connu une grande expansion dans les années 70, de nos jours elle reste encore fort appréciée des amateurs et se situe autour de la 20 ème place parmi les races plébiscitées par les Français, Monstre sanguinaire dans "Le chien des Baskerville" auprès de Sherlock Holmes, au copain sympa et futé pas très courageux dans le dessin anime "Scoubidou", le Dogue Allemand reste une race peu connue qu'il est important de décrire telle qu'elle est, et non telle que certains la voient ...



Ce chien impressionnant n'est pas le plus grand (l'Irish Wolfhound l'est davantage) , il n'est pas le plus lourd (le Mastiff ou le Saint-Bernard ont plus de poids), mais il est sans doute le seul qui peut allier la puissance et l'élégance à l'harmonie des lignes.

Pour les puristes, il représente le type du fameux Alan du Moyen Age, conservé jusqu'à nos jours. Un animal de légende qui se distingue des autres races canines et qui demande à être mieux connu. Et si sa Majesté le Dogue Allemand vous était présenté ... Visitez le site et vous saurez tout de ce chien fabuleux.


Pour certains, « corso » dérive de « cohors », qui en Latin au Moyen Age signifiait « protecteur », alors que pour d’autres cela évoque les « cohortes » romaines. Ce qui est certain, c’est qu’il n’a aucun rapport avec l’île de Beauté.
Son apparition remonte au XVIème siècle environ.
Il était apprécié pour ses talents de chasseur (du sanglier) mais aussi de gardien de ferme et de troupeaux.
Les cane corso ont été pendant un certain temps les vedettes des jeux du cirque avant d’être intégrés dans la stratégie militaire de guerre.

CARACTERE:

Gardien de la propriété, de la famille et du bétail, on l’utilisait dans le passé pour surveiller le bétail et pour la chasse au gros gibier.

Protecteur mais pas bagarreur, malléable mais pas dénué de caractère, affectif mais pas pot de colle, gardien mais pas agressif, calme mais pas mou, impressionnant mais sans délit de sale gueule, le cane corso est la Rolls-Royce des molosses. Ce chien polyvalent fera de vous un maître heureux et rassuré. Sa gentillesse, et sa protection feront un excellent chien de compagnie.
Il ne faut pas confondre chez le cane corso méfiance naturelle et, qui est clairement inscrite parmi les traits de caractère du cane corso dans son standard, avec cette timidité maladive qu’il était courant d’observer lors de l’apparition de la race en France. Depuis, grâce au travail de sélection des éleveurs passionnés, le caractère du cane corso s’est nettement amélioré. Ce dernier reste un chien qui se montre distant envers ceux qu’il ne connaît pas, ce qui est tout à fait normal.

A cause de cette sensibilité, la socialisation ne devra pas prendre de retard. Le maître devra être assez souple tout en sachant être ferme. Comme le cane corso est méfiant, c’est justement une mauvaise socialisation qui pourrait le rendre peureux, ce qui est absolument à éviter. Le tout est de le mettre en confiance, un travail que le maître devra prendre en relais à la sortie du chiot cane de son élevage. Il est tout autant essentiel chez lui de ne pas exacerber les tendances à être rebelle que d’entretenir une timidité qui pourrait devenir maladive. L’essentiel est d’être logique, pour que le cane corso trouve sa bonne place au sein du foyer, qu’il respecte la hiérarchie qu’on lui imposera en douceur, mais avec fermeté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esclarmonde
Roi
Roi


Nombre de messages : 3020
Age : 49
Localisation : Menton
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: les mollossoides au moyen-age   Mar 16 Fév - 12:21

Désolée pour eux, mais je ne suis pas du tout copine avec les chiens.

_________________
Dame Esclarmonde

"Le sage ne dit pas ce qu'il sait, le sot ne sait pas ce qu'il dit."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.meschersancetres.com
Alan de Sartoux
Seigneur
Seigneur


Nombre de messages : 454
Age : 59
Localisation : grasse
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: les mollossoides au moyen-age   Mer 17 Fév - 21:01

euh!! ca se mange??? Poulet

Connerie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armanieu
Prince
Prince


Nombre de messages : 834
Age : 58
Localisation : Cagnes sur mer
Date d'inscription : 09/08/2008

MessageSujet: les mollossoides au moyen-age   Mer 17 Fév - 21:10

sa ce mange pas mais sa mange Poulet Poulet Mort de rire Mort de rire Mort de rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan de Sartoux
Seigneur
Seigneur


Nombre de messages : 454
Age : 59
Localisation : grasse
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: les mollossoides au moyen-age   Mer 17 Fév - 21:18

raison de plus vaut mieux le manger
le tout c'est de l'attraper Battre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armanieu
Prince
Prince


Nombre de messages : 834
Age : 58
Localisation : Cagnes sur mer
Date d'inscription : 09/08/2008

MessageSujet: les mollossoides au moyen-age   Mer 17 Fév - 21:26

avoue quand même qu'un défilé avec un bestiaux comme ça armé d'un collier a pointe ce serais la classe on ce ferais remarquer Occitan Occitan Occitan Vive les Féals Vive les Féals Vive les Féals
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan de Sartoux
Seigneur
Seigneur


Nombre de messages : 454
Age : 59
Localisation : grasse
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: les mollossoides au moyen-age   Mer 17 Fév - 21:43

ouais mais si un chat passe part la dur le defile
sa risque de ressembler plutôt a la grande vadrouille
avec Louis de Funès et bourvil tu me dira ca fera une scènette
de plus pourquoi pas Mort de rire Mort de rire Moqueur Moqueur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armanieu
Prince
Prince


Nombre de messages : 834
Age : 58
Localisation : Cagnes sur mer
Date d'inscription : 09/08/2008

MessageSujet: les mollossoides au moyen-age   Mer 17 Fév - 22:15

pour emmener un mâtin de Naples ou tout autre chien ou animal dans une manifestation il faut l'éduquer sinon c'est la misère Pleure Déprimé
surtout pour des chiens de cette catégorie (60 à 70 kg et 60 à 70 voire 75 cm au garrot )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esclarmonde
Roi
Roi


Nombre de messages : 3020
Age : 49
Localisation : Menton
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: les mollossoides au moyen-age   Mer 17 Fév - 22:20

Pourquoi chercher un animal qui risquerait d'impressionner le public et d'être couteux en nourriture. Il existe de très belles peluches très réalistes de nos jours . En plus, celui-là a même le tonneau d'hypocras à disposition lors des défilés Mort de rire

_________________
Dame Esclarmonde

"Le sage ne dit pas ce qu'il sait, le sot ne sait pas ce qu'il dit."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.meschersancetres.com
Armanieu
Prince
Prince


Nombre de messages : 834
Age : 58
Localisation : Cagnes sur mer
Date d'inscription : 09/08/2008

MessageSujet: les mollossoides au moyen-age   Mer 17 Fév - 22:25

Ok Ok Clin d\'oeil Mort de rire Mort de rire Mort de rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armanieu
Prince
Prince


Nombre de messages : 834
Age : 58
Localisation : Cagnes sur mer
Date d'inscription : 09/08/2008

MessageSujet: les mollossoides au moyen-age   Mer 17 Fév - 22:48

pour l'instant j'ai encore mon vieux pépère apollo il a 13 ans (environ 91 ans en age humain) j'espère le garder le plus longtemps possible et on tout pour ça

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les mollossoides au moyen-age   

Revenir en haut Aller en bas
 
les mollossoides au moyen-age
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qu'est-ce qui marque le passage du Moyen Age aux temps modernes ?
» Statistiques cumul de neige moyen
» Des Ovnis au Moyen-Age
» Terre Plate et Moyen Age
» ils ont découvert un moyen d’effacer sélectivement la mémoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Fideles Compagnons :: Gentes Dames, Damoiselles et Messires :: Un peu d'histoire :: Autres thèmes-
Sauter vers: