Les Fideles Compagnons

Compagnie Médiévale
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Adoubement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raimon-Roger TRENCAVEL
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 1241
Age : 54
Localisation : Menton
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: L'Adoubement   Lun 26 Oct - 7:41

.


Adoubement


Les chevaliers n'ont jamais fait partie d'une profession ou réservé à la noblesse, car il fallait être adoubé pour être chevalier, et on ne pouvait être adoubé que par un autre chevalier. L’exemple de Godefrois de Bouillon qui fut adoubé à 30 alors qu’il était déjà chef des armées. Ce n'est que plus tard que l'église a mis la main sur l'adoubement en obligeant les futurs chevaliers de faire une retraite spirituelle qui correspondait à une nuit de prière.

Voici une copie d'un texte sur l'adoubement. C’est le texte le plus ancien sur l'adoubement (Italie du sud, fin XII).

1 - Kyrie eleison*, Christe eleison*, Sainte Marie, mère de Dieu.

2 - Seigneur écoute nos prières, et daigne bénir de ta droite majestueuse cette épée dont ton serviteur, ici présent, a désiré être ceint, pour qu'il puisse être le protecteur et le défenseur des églises, des veuves, des orphelins et de tous le serviteurs de Dieu contre les sévices des païens, et qu'il inspire aux perfides la peur, la terreur et la crainte.

3 - Nous te demandons, Seigneur, de munir de ta protection bienveillante ton serviteur, afin qu'avec ton aide il conserve intacte cette épée qu'il a désirer recevoir à ton instigation.

4 - Quant à toi, alors que tu es sur le point de devenir chevalier, souviens-toi de la parole du Saint-Esprit : "Ceins ton glaive sur ta cuisse, ô très vaillant guerrier". Le glaive, en effet, c'est l'Esprit Saint, qui est la parole de Dieu. (...). Ainsi donc, garde la vérité, défends l'Eglise, les orphelins et les veuves, ceux qui prient et ceux qui travaillent ; tiens-toi toujours prêt contre ceux qui attaquent la Sainte-Eglise, afin de pouvoir paraître en présence du Christ, armé et ceint du glaive de la vérité et de la justice.

5 - Reçois l'épée, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit (Réponds Amen).

6 - Reçois la lance, au nom du Père....

7 - Reçois le bouclier, au nom du Père...

8 - Reçois les éperons au nom du Père...
Texte publié par R. Elze, Festschrift für J. Fleckenstein, 1984, cf. Jean FLORI, l'Essor de la chevalerie, Genève (Droz), 1986, p. 382.


*Kyrie eleïson à été traduit par "Seigneur prends pitié" dans la messe en français.. Eleïson est quelque chose entre "prends pitié", "sois miséricordieux" utilisé souvent comme "accordes nous ta grâce".
Kyrie eleison : Formule grecque qui signifie : "Seigneur, prends pitié". Cette formule est très ancienne dans la liturgie catholique. Comme l'attestent des documents du IVème siècle, elle a d'abord été utilisée comme réponse du peuple dans les litanies, elle l'est encore ainsi en Orient. Ce n'est qu'en 598 que Grégoire le Grand la double d'une invocation au Christ (Christe eleison, Christ prends pitié), et c'est probablement à cette époque que l'invocation, telle qu'elle est dite aujourd'hui, prend sa place au cours de la messe.


Je cite " Le geste du soufflet est accompagné des mots suivants : réveille-toi du sommeil de la malice et veille dans la foi du Christ, par une renommée digne de louange".
Extrait de "La guerre au Moyen Age", de Philippe Contamine, p. 443, qui cite un extrait du "Pontifical" de Guillaume Durand, rédigé vers 1295.
Symbole d'une sorte de renaissance ?


Au sujet de la colée (relative au germain "Dubban"= frappé, d'ou "adoubement", selon Flori ou Bloch (entre autre), elle peut avoir une valeur mnémonique, afin que le chevalier se souvienne d'une part, de celui qui l'a adoubé, d'autre part, de son serment.


C'est également "le seul coup qu'il ne devra jamais rendre" comme cela l'a été stipulé, on peut comprendre par là un acte de contrôle du chevalier au moment de recevoir le coup : rester calme (accepter de recevoir un coup violent sans broncher), ne pas faillir (ne pas gémir ou autre).
Comme cela a été dit, au départ (avant la fin du XIIe), l'acte d'adoubement a en effet une valeur laïque, sorte de rite de passage à l'âge adulte (adoubé entre 16 et 23 ans, ça dépend de des capacités de l'écuyer à montrer sa valeur, sa vertu, son courage), à l'état de combattant. C'est vers le milieu/fin du XII° que l'Eglise, (voyant certainement dans la chevalerie un formidable potentiel qu'elle se doit de contrôler... pour changer), s'y intéresse et y apporte le cérémoniel. 




Vive les Féals .....Merci à Giovanni del Rossiglione, dit Tripat pour cette recherche......Vive les Féals


.

_________________
Selon les vertus de la chevalerie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esclarmonde
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 3025
Age : 49
Localisation : Menton
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: L'Adoubement   Mar 27 Oct - 5:47

Notre jeune écuyer devrait bientôt avoir atteint l'âge de raison et avoir suffisamment fait ses preuves au combat pour être adoubé . Chevalier

_________________
Dame Esclarmonde

"Le sage ne dit pas ce qu'il sait, le sot ne sait pas ce qu'il dit."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.meschersancetres.com
Armanieu
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 840
Age : 58
Localisation : Cagnes sur mer
Date d'inscription : 09/08/2008

MessageSujet: adoubement   Mar 27 Oct - 17:27

je pense que notre jeune écuyer a du boulot en perspective et du souci à se faire surtout si le marquis est de la fête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Adoubement   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Adoubement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» recherche... texte adoubement Perceval
» Exposé : Les chevaliers
» Le vocabulaire archaïque médiéval

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Fideles Compagnons :: Gentes Dames, Damoiselles et Messires :: Un peu d'histoire :: Chevalerie-
Sauter vers: