Les Fideles Compagnons

Compagnie Médiévale
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 la bataille de Bouvine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Armanieu
Prince
Prince


Nombre de messages : 827
Age : 58
Localisation : Cagnes sur mer
Date d'inscription : 09/08/2008

MessageSujet: la bataille de Bouvine   Ven 23 Jan - 17:33






La bataille de Bouvines ( 27 Juillet 1214 ).

Alors que le roi se repose à l'ombre d'un frêne, frère Guérin vient le trouver pour lui apprendre la nouvelle : Bien que ce jour soit celui du seigneur (Le 27 Juillet 1214 tombait un Dimanche et " Il est interdit d'assaillir son ennemi depuis la neuvième heure du samedi jusqu'à la première heure du lundi " a décrété le concile d'Elne en 1027), la bataille aura lieu.
Le roi ne faiblit pas ; il ajuste son haubert, adresse une courte prière dans une petite chapelle dédiée à Saint-Pierre, et donne ses ordres à ses fidèles, Michel de Harnes, Guillaume des Barres, Gérard la Truie, Mathieu de Montmorency, Pierre Mauvoisin et tous les autres.
Les deux armées sont rangées en bataille de trois corps chacune.
Au centre de l'armée française, Philippe Auguste, est entouré de ses chevaliers d'élite,. A sa droite, la bataille commandée par le Duc Eudes de Bourgogne et ses lieutenants, composée des chevaliers champenois et bourguignons. A sa gauche, les chevaliers et les piétons, conduits par Robert de Dreux, les Comtes de Ponthieu, de Soissons, de Grandpré et le sire de Saint-Valéry.
En face de lui, l'armée d'Otton, trois fois plus importante. Au centre, l'empereur, avec sa garde saxonne, sa chevalerie des Ducs de Lorraine et de Brabant, du Comte de Namur et son infanterie brabançonne et allemande. A sa gauche, le Comte de Flandre commande outre la cavalerie et l'infanterie, les milices flamandes. A sa droite, c'est Renaud de Dammartin qui s'occupe des fantassins brabançons et des chevaliers anglo-flamands de Guillaume Longue-Epée et d'Arnaud d'Audenarde.
La bataille peut commencer ... Tout d'abord, ce sont des sergents à cheval qui sont envoyés contre les flamands. Ces derniers les reçoivent avec grand dédain ... Envoyer des vilains contre des chevaliers est un manquement grave aux usages ...
Puis, les choses sérieuses commencent. Trois chevaliers flamands, Gautier de Ghistelle, Buridan et Eustache de Malenghin viennent défier leurs homologues champennois ... et se font battre et capturer ; Gautier, qui ne cesse d'hurler "A la mort, à la mort aux Français" se fait couper la gorge.
C'est au tour du Comte Gautier de Saint-Pol, aidé de ses chevaliers, de charger les flamands ; une charge d'une telle puissance qu'il transperce les lignes ennemies. Il tourne bride, fonce à nouveau recommence, et ainsi de suite jusqu'à en perdre le souffle. Le Duc de Bourgogne entre alors dans la bataille ... et tombe à terre car on lui a tué son cheval ... A peine lui en a t'on ramené un autre, il se lance dans la bataille, fou de rage, pour laver sa honte : (...) il brandit la lance et brocha des éperons, puis se jetta au plus dru de ses ennemis par grande ire. Il ne prenait garde ou il frappait, ni qui il rencontrait, mais vengeait son mautalent sur tous également, comme si chacun de ses ennemis lui eut son cheval occis.
Après quelque heures de bataille, Ferrand de Portugal se rend, exténué aux frères de Mareuil, Hugues et Jean ... Le flanc gauche d'Otton n'existe plus !!
Au centre, la bataille d'Otton a pour l'instant l'avantage ; son infanterie fait merveille, et chacun n'a qu'un but : tuer Philippe Auguste. Soudainement, les piétons allemands arrivent à l'encercler et à le désarçonner. Galon de Montigny agite la banière pour demander de l'aide, et c'est Pierre Tristan qui le premier voit le signe. Il s'interpose et fait rempart de son corps ... Philippe est remis en selle, indemne. C'est alors que Pierre Mauvoisin arrive à la hauteur d'Otton et, croyant le frapper d'un couteau, atteint en fait la tête du cheval. Celui ci, affolé se met à galoper avant de tomber mort. Dès qu'un autre cheval lui est ramené, Otton s'enfuit le plus vite qu'il le peut ... jusqu'à Valenciennes.
Pendant ce temps, Robert de Dreux et l'évêque de Beauvais sont à la peine ; Renaud de Dammartin et Guillaume Longue-Epée ont enfoncé les lignes françaises et tentent de prendre le pont de Bouvines. Heureusement, ils se heurtent aux 400 massiers du roi. Ceux-ci les repoussent, Guillaume Longue Epée est capturé, ce qui provoque la fuite des anglais. Renaud de Dammartin est le dernier à résister ... Il a adopté un nouveau dispositif que même ses ennemis admirent : Le hérisson. Dès qu'il est fatigué, il vient se reposer avec ses chevaliers au centre d'une quadruple ellipse hérissée de piques et de crochets que forme son infanterie, et quand il a repris ses esprits, l"enceinte" s'ouvre et il peut alors charger ses ennemis.

Mais, il se rend bien compte, en voyant tout le monde fuir, que la bataille est perdue. Il finit par se rendre à Frère Guérin, qui le sauve de la mort que les fantassins et qu'Arnaud d'Audenarde lui réservent.
Après une après-midi de combats acharnés, la bataille de Bouvines est terminée, et la monarchie capétienne semble invulnérable aux yeux de tous ...

Combattant Combattant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raimon-Roger TRENCAVEL
Roi
Roi


Nombre de messages : 1228
Age : 53
Localisation : Menton
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: la bataille de Bouvine   Ven 23 Jan - 21:05

.


La bataille de Bouvines s'est passée dans le Nord du territoire, bien loin de nos contrés à l'extrême Sud de ce qui sera plus tard la France.

Voici quelques témoignages du passé.


Des enluminures du Roi de France à Bouvines :








_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


L'église de Bouvines où se trouvent les vitraux relatant la Bataille :



.....
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _





Quelques uns de ses vitraux :





















.

_________________
Selon les vertus de la chevalerie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esclarmonde
Roi
Roi


Nombre de messages : 3013
Age : 48
Localisation : Menton
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: la bataille de Bouvine   Sam 24 Jan - 13:49

C'est vraiment splendide. Et dire que certaines mauvaises langues qualifient le Moyen Àge d'époque sombre et sinistre.

_________________
Dame Esclarmonde

"Le sage ne dit pas ce qu'il sait, le sot ne sait pas ce qu'il dit."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.meschersancetres.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la bataille de Bouvine   Aujourd'hui à 17:37

Revenir en haut Aller en bas
 
la bataille de Bouvine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bataille d'EYLAU (Russie)
» Ordre de bataille des Armées à Waterloo. E-M, et Garde
» Bataille de la NIVELLE (Pyrénées-Atlantiques), 10 novembre..
» Historique de la bataille de Ligny
» Sondage bataille d’Eylau.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Fideles Compagnons :: Gentes Dames, Damoiselles et Messires :: Un peu d'histoire :: Histoire de France-
Sauter vers: